Résistance en terre mexicaine

Résistance en terre mexicaine
La terre mexicaine poudrière d’une rébellion sousterraine

À la frontière américaine, tout les mexicains sont illégaux!!!

novembre 9th, 2008

L’immigration n’est  pas un phénomène nouveau dans le monde, se phénomène
s’accroit entre les 8 pays les plus riches du monde et leurs colonies
économiques qui les supportent en ressources naturelles et en main
d’oeuvre à bon marché. Le Mexique vit une situation de pauvreté qui se
radicalise avec l’arrivé de la nouvelle vague de crise économique qui
touche plus de 60% de la population du Mexique, et qui contient 50
millions de personnes survivants du marché informelles. Depuis le 19ième
siècle le Mexique vit un phénomène d’annexation par les États-Unis.
Premièrement avec l’indépendance du Texas, puis avec la guerre entre les
États-Unis et le Mexique entre 1846-48. Cette guerre c’est terminé avec le
traité de Guadalupe Hidalgo qui ne fut jamais respecté par les autorités
américaines. De plus les présidents du Mexique ont été assujettis de grés
ou de force à la volonté économique et politique de l’impérialisme
américains. Sois par la diplomatie  et la corruption comme à l’époque de
Porfirio Díaz avec un contrôle de la majorité des terres et du système
esclavagiste comme là dénoncé le journaliste américain John Kennet Turner
dans son livre Mexico Barbaro qui dénonce les atrocités du système
esclavagiste aux Mexique, en particulier avec la production d’Agave dans
l’État du Yucatan, de l’esclavagisme dans la vallé nationale de Oaxaca
avec la production de Tabac, de la guerre d’extermination contre la nation
Yaqui et leurs déportation vers les États esclavagiste et la complicité
des américains. Il fut le cris internationale qui justifia le soulèvement
armé du peuple mexicain pendant la révolution mexicaine entre 1910 et 1917
puisque le libre fut publié en 1908.
Pendant la première guerre mondiale, vut le manque de main d’oeuvre en
agricultura, un flux important d’immigrant mexicain arriva en terre
américaine. Par la suite en 1943 avec les contrats des braceros qui
permettaient aux mexicains qui étaient dans une situation économiques
désespéré d’aller légalement au États-Unis pour des conditions de travail
miserables allant de 30 à 50 centimes de l’heures étant traités comme des
bêtes de sommes.
En 1964 un autre flux migratoire est arrivés avec la récession économique,
mais elles fut stoppé en 1965, qui rendus l’immigration mexicaine illégale
en terre américaine. C’était le debut de la militarisation de la frontière
par les américains pour sécuriser les 200 miles qui constituent la plus
grandes barrières entre un des 8 pays les plus riches du mondes et un des
plus pauvres. Les lois contre l’immigration s’endurcirent et peu à peu le
nombres d’agents frontaliers augmentas, surtout après l’entré de l’ALÉNA
entre 1994 et 2000, puis à partir de 2001 avec une politique contre le
terrorisme qui justifia du même coup la répression contre les sans
papiers. Pas assez pour certains groupes patriotiques d’extrèmes droites
commes les minutes man qui sont des patrouilles de paramilitaires qui
patrouillent, terrorisent et collaborent avec les border patrol pour
maintenir leurs privilègent de classes dans une sortes de fanatismes,
mélangés avec du patriotisme raciste, avec une grande dose d’ignorance.
Ces groupes collaborent légalement avec les autorités.
La situation de ceux et celles qui font le voyage est en générale est un
véritables calvaires, les mojados, traduction qui pourraient être les dos
mouillés, puisque la plupart passe le Rio Bravo ou passe pars le désert
d’Arizona, il y a eu 1700 mort par déshidratation jusqu’en 2005 recensés,
en plus de ceux et celles criblés de balles par les racistes minuteman et
les fermiers fachos du sud. En plus d’être escroqués par les coyotes ou
pollotes pour ce qui coûtes entre  30 000 et 40 000 pesos. Et ceux et
celles qui arrivent finalement aux États-Unis doivent se cacher comme des
bêtes traqués et survivres avec des jobines du marchés noires.
Il y a une longue tradition de lutte des mexicains résidants aux États
Unis comme le montre l’épopés de Reyes qui lutta pour le respect des
mexicains et de la résurgence de l’identité chicano, ou de Cézar Chavez
pour la sindicalisation des journaliers agricoles, en passant par le Brown
power inspiré par le mouvement des Black Panthers dans les années 70 et au
printemps de 2006 le premier mai à surpris tout le monde avec une marches
de millions de mexicains qui surpasse le mouvement des droits civiques des
années 70. Il est evident que la question est au centre des préoccupations
des électeurs. Mais Obama semble avoir pris la position des conservateurs
puisqu’il veut renforcer la sécurité aux frontiers et ne semble pas enclin
à vouloir légaliser les sans papiers mexicains… la lute des mexicains
continue!!!

Répression contre le CIPO-RFM

novembre 5th, 2008

Pour le peuple il n’y a pas de justice parce qu’il est pauvre. La loi sers
seulement pour controller et déprécier les pauvres
Ricardo Flores Magón. 1911.
 
Aux hommes et femmes de bons coeurs
À l’autre campagne
Aux médias honnètes
Aux organisations des droits humains
 
Frères et soeurs:
 
Le 16 octobre 2008, à quelques jours d’avoir accomplis 2 ans de
l’aggression des paramilitaires dinancier par URO aux barricadas où ils
ont assassiné le jpurnaliste indépendant de New York Brad Will, le juge du
quatrième pénale à donner des mandats d’arrestations pour: Juan Manuel
Martínez Moreno accusé d’être l’auteur matérielle du crime contre Brad et
contre Octavio Pérez Pérez, Hugo Jarid Colmenares
Leyva, Leonardo Ortiz Cruz, Gualberto Francisco Santiago Navarro, Edgar
Santiago
Navarro, Gustavo Vilchis Ramírez et notre frère Miguel Cruz Moreno pour le
delito d’être complice selon l’expédient 155/08.
Devant les premières détention illégales de l’AFI (agence fédérale
d’investigations de Octavio Pérez Pérez, Juan Manuel Martínez Moreno y de
Hugo Jarid Colmenares Leyva, nous avons demander un arrêt de procédures
pour Miguel Cruz Moreno contre son mandat d’arrestations pour le quatrième
juge de pénale devant le jury 5 du district de l’Etat de Oaxaca du pouvoir
judicière de la fédération qui le 21 octobre 2008 à donné l’arrêt des
procédures et la suspensión de l’ordre de détention avec les condotions
suivantes:
 
1. Que Miguel Cruz Moreno dépose 7 000 pesos comme garantie de sa liberté.
 
2. Que Dans 3 jours il se présente personnellement Renat le juge pour
donner sa déclaration préparatoire.
 
3. Qu’il se présente chaque 7 jours devant le juge jusqu’à ce que le
procès soit résolus
 
Le 27 octobre a 11:00 notre frère Miguel Cruz Moreno integrante du Consejo
Indígena Popular de Oaxaca “Ricardo Flores Magón”, adherente de l’autre
campagne et conseiller de l’APPO se présenta sous les effets de l’arrêt
des procédures accompagné de jeunes, de gens du quartier de Santa Lucia et
de différent collectif participant au mouvement social pour exiger
l’annulation des mandats d’arrestation contre les témoins de la mort de
Brad, la liberté de Juan Manuel Martínez Moreno qui est presentemente
détenus et contre la persécution des intégranos du mouvement.
 
À 12:30 le ministères publique et le juge à lu l’expédient 155/08, où il
accuse Miguel Cruz Moreno et les autres accusés.
Armando  Calderón Jiménez qui vit sur la rue Emilio Carranza no 105 qui à été précandidat du PRI à la présidence municipale de Santa Lucia del Camino en 2007 et qui le 27 octobre 2006, les paramilitaires sont arrivés avec les armes dans sa camionnettes qui ont attaqués à la barricadas de Calicanto où était enfants, jemmes avec leurs bébé, jeunes, hommes et anciens manifestants de manière pacifiques:
Un autres des priostes qui accusent est Manuel Martinez Feria, qui résident à Rancho Nuevo, qui à été policié dans la période de Martínez Feria et après informateur pour la PGR.
 
Miriam Alicia Montaño Torres, une des femmes des groupes de choques du priisme de Santa Lucia del Camino qui résident au Canal num.2 du quartier 25 de Janvier.
 
Karol Iván Ilescas Resendiz, correspodant pour televisa, moyen de communication privé qui criminalise le mouvement du 2006, déformant l’information, justifiant la represión des mouvements comme Atenco et Oaxaca et qui fonctionne comme police du gouvernement fédérale et de l’État.
 
Tout ceux là protègent les véritables assassins de Bradley Ronald Hill qui sont:
Santiago Zárate, Orlando Manuel Aguilar Coello, Juan Carlos Soriano, Pedro Carmona et Fernando Corona.
 
Notre frère Miguel Cruz Moreno et menacé de son droit de liberté et peux aller en prison par le juge comme Juan Manuel Martínez, Hugo Jarid y Octavio Pérez.
Mais en plus de sa situation juridique se complique puisque notre frère Miguel Cruz Moreno est présentement sous caution devant aller signé chaque fin de mois depuis 2004 quand le gouvernement de José Murat Casab à délogé le cipo du zocalo quand ils manifestaient de manières pacifiques par plus de 100 policier ministérielles et préventives et l’anti émeutes qui ultérieurement nous ont accusé de lésions et dommages nous fabriquant un expédient pénale 287/2004 avec le même juge et nous avons peur qu’il refusent la caution parce que pour eux ceux et celles qui luttent pour la liberté sont un danger pour la société.
Devant ces faits de persécution ouverte à la resístanse et et la rébellion du peuple de Oaxaca et de notre organisation, CIPO-RFM. Nous appelons à tout les hommes et les femmes du monde à se manifestar pour que le juge dicte la liberté à notre compagnon Miguel Cruz Moreno et exiger la liberté immédiate de Juan Manuel Martínez Moreno, parce que nous avons peur qu’il détiennent à notre compagnons. Aux organismos des droits humains à qu’il accompagnent le procès et fassent la défenses des droits humains.
 
 
 
Liberté à Juan Manuel Martínez Moreno!
Annulation des mandats d’arrestations contre les intégrants du mouvements!
Châtiments aux assassins, à Ulises Ruiz Ortiz y Felipe calderón!
Pas de pardon pas d’oublie!
 Pour la reconstitution et la libre association des peuples
Consejo Indígena Popular de Oaxaca “Ricardo Flores Magón”
CIPO RFM.
 
 
 
 
 
 
Santa Lucia del Camino, Oaxaca a 29 de Octubre del 2008.
 
 
 Presidente FELIPE DE JESÚS CALDERÓN HINOJOSA
Residencia Oficial de los Pinos Casa Miguel Alemán, Col. San Miguel
Chapultepec,
C.P. 11850, México D. F., Tel: +521 (55) 27891100,  Fax: +521 (55) 52772376
felipe.calderon@presidencia.gob.mx
 
Juan Camilo Mouriño
Secretario de Gobernación,
Bucareli 99, 1er. piso, Col. Juárez, Delegación Cuauhtémoc, México D.F.,
C.P. 06600,
México,
Fax: +521 (55) 5093 3414, Tel.  +521 (55) 5093 3400
La dirección mail no aparece en los directorios, favor de mandar
comunicación por fax
 
Lic. Eduardo Medina-Mora Icaza,
Procurador General de la República
Av. Paseo de la Reforma #211-213 Col. Cuauhtémoc, Delegación Cuauhtémoc.
México
D.F., C.P. 06500
Para enviar correos en línea: http://www.pgr.gob.mx/index.asp
 
Dr. José Luis Soberanes Fernández
Presidente de la CNDH
Periférico Sur 3469, Col. San Jerónimo Lídice, 10200, México, D.F.
Tel: 631 00 40, 6 81 81 25, Fax: 56 81 84 90, Lada sin costo: 01 800 00
Correo electrónico: correo@fmdh.cndh.org.mx , correo@cndh.gob.mx
 
 
 
 
 
 
 
LIBERTAD A LOS/AS PRESOS/AS INDIGENAS DEL CIPO-RFM "VIVA LA AUTONOMÍA" visite
nuestra pagina: www.nodo50.org/cipo  Consejo Indígena Popular de Oaxaca
"Ricardo
Flores Magón", CIPO-RFM. Calle: Emilio Carranza 210, Sta. Lucía del Camino
Oaxaca,
México. tel: +(951) 51-78183 y +(951) 51-78190 mail: cipo@nodo50.org,
mujercipo@hotmail.com, los_magoneros@hotmail.com
PARA DONATIVOS A NOMBRE DEL CIPO-RFM: Banco Nacional de México, SA. Domicilio
Hidalgo # 821. col.Centro, Oax. C.P.68000, Sucursal Oaxaca, No. 120, Suit:
Banamex:
BNMXMXMM, Cuenta: 002610012077451770

Next Entries »





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 63 articles | blog Gratuit | Abus?